Dans les mêlées de Kangni Alem

Dans les mêlées : les arènes physiques et littéraires, le dernier livre de Kangni Alem est une somme protéiforme où le lecteur peut trouver à la fois des articles de facture scientifique, des d’impressions de voyage ainsi que des réflexions libres. Comme on peut le lire, cette compilation est une promesse faite par l’auteur à l’éditeur au cours d’un séjour au Cameroun. Au total dix textes promenant le lecteur dans presque tous les continents, suivant un guide qui a la surtout l’imprudence de se mêler de tout, de ne pas mâcher ses mots, de s’exprimer sur les sujets des autres.

Dans cet ouvrage, le texte le plus important, du point de vue du volume, est intitulé « Wo ist Togoland, » où l’auteur évoque la traversée du Togo, en compagnie de son ami anthropologue Bernard Müller, « à la recherche des traces de la conquête allemande ». Un périple qui les amène tout à tour à Misahöhe, Kamina et surtout Sokodé où ils explorent le cimetière européen, dépositaire de nombreux vestiges et légendes sur les grâces et disgrâces de la colonisation allemande au Togo. Au total, ce fragment de l’ouvrage est une contribution à l’histoire de la colonisation allemande au Togo, à lire en parallèle avec le cas camerounais. D’autres textes évoquent les pérégrinations en Afrique Australe (Afrique du sud, Malawi) et Burundi où la confrontation avec l’aire culturel d’Afrique anglophone n’est pas sans générer quelques interrogations sur les réalités francophones d’Afrique. Le séjour au brésil en 2004 constitue un nœud très important de l’ouvrage, un séjour au terme duquel un roman a été écrit (Esclaves, JC Lattès, 2009). Le recueil s’achève par une évocation sur l’hommage à Aimé Césaire rendu au cours d’un festival du Livre au Québec en 2008, texte dans lequel Kangni Alem dénonce quelques hypocrisies qui ont émaillé certains témoignages.

Le texte qui est précédé d’une introduction d’un autre écrivain togolais Sami Tchak, Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire, intitulé « En quête de l’autre et de l’ailleurs », commence par une évocation du dernier passage de l’auteur au Cameroun. C’est l’occasion pour le lecteur de se faire une idée des sujets littéraires en vogue au Cameroun. On y découvre par exemple la « nouvelle littérature camerounaise » (Nolica), le mouvement créé ( ?) par Pabé Mongo pour redynamiser la réflexion sur « les enjeux nouveaux qui attendent la littérature du continent au 21e siècle ». Un essai à la mesure de Kangni : persifleur, tendre mais surtout cultivé.

Kangni Alem est Grand Prix Tcikaya U’Tamsi du Concours théâtral interafricain 1990 avec Chemins de Croix. Il est aussi comme Sami Tchak, Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire.

Kangni Alem, Dans les mêlées : les arènes physiques et littéraires,
Editions Ifrikiya, Coll. Interlignes, Yaoundé, Juillet 2008

Source de l’article:http://www.togocultures.com/spip.php?article180
© Togocultures

Publicités

A propos filfrancophones

Festival International de Littératures Francophones
Cet article a été publié dans Essai. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s